Vol retardé ou annulé : la compagnie aérienne refuse de vous indemniser, que faire ?

vol retardé refus d'indemnisation

Lorsqu’un vol est retardé, les passagers peuvent subir des inconvénients majeurs tels que des pertes de temps, des coûts supplémentaires et une fatigue accrue. Dans certains cas, les compagnies aériennes peuvent offrir une compensation pour les désagréments subis. Mais il arrive souvent que les passagers se voient refuser une indemnisation. Que faire en cas de refus d’indemnisation de la compagnie aérienne ?

Qu’est-ce que l’indemnisation pour un vol retardé?

En vertu du règlement européen sur les droits des passagers aériens, les passagers qui subissent des retards de vol peuvent être admissibles à une indemnisation financière allant jusqu’à 600€. Le montant de l’indemnisation dépend de la durée du retard ainsi que de la distance parcourue par le vol. Les passagers peuvent également être admissibles à une assistance supplémentaire telle que la nourriture, l’hébergement et le transport en cas de besoin.

Pourquoi une compagnie aérienne peut-elle refuser une indemnisation?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles une compagnie aérienne peut refuser une demande d’indemnisation pour un vol retardé. Par exemple, si le retard a été causé par des circonstances extraordinaires telles qu’une grève du personnel de l’aéroport ou des conditions météorologiques extrêmes, la compagnie aérienne peut être exemptée de l’obligation de payer une indemnisation. De même, si le passager est arrivé à destination avec un retard de moins de trois heures, il peut ne pas être admissible à une indemnisation.

Quels sont les recours pour les passagers qui ont été refusés d’indemnisation?

Si un passager se voit refuser une indemnisation pour un vol retardé, il peut avoir plusieurs options pour obtenir réparation. Voici quelques recours possibles :

Lire aussi :   Que dit le règlement européen n°261/2004 sur les vols retardés éligibles à une indemnité?

1. Déposer une plainte auprès de la compagnie aérienne

Le premier recours pour un passager qui se voit refuser une indemnisation pour un vol retardé est de déposer une plainte auprès de la compagnie aérienne. Il est important de fournir autant de détails que possible sur le vol retardé, y compris la durée du retard, la raison du retard et tout inconvénient subi par le passager. Si la compagnie aérienne reconnaît qu’elle est responsable du retard, elle peut offrir une indemnisation ou une assistance supplémentaire.

2. Contacter une association de consommateurs

Si le passager n’obtient pas satisfaction en contactant directement la compagnie aérienne, il peut contacter une association de consommateurs pour obtenir de l’aide. Ces associations ont souvent une connaissance approfondie des lois et réglementations relatives aux droits des passagers aériens, et peuvent fournir des conseils et une assistance pour faire valoir les droits du passager.

3. Déposer une réclamation auprès de l’autorité de régulation de l’aviation

Si le passager estime que la compagnie aérienne a enfreint le règlement européen sur les droits des passagers aériens, il peut déposer une réclamation auprès de l’autorité de régulation

Les derniers recours en cas de refus d’indemnisation

Comme dans toute procédure de réclamation, il existe toujours un ou des derniers auxquels il faut faire appel pour obtenir justice et avoir gain de cause.

En France, vous pouvez vous tourner vers la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) en cas de problème avec la compagnie.

Vous pouvez aussi vous adresser à l’organisme en charge de l’aviation civile de l’aéroport de départ du vol concerné. Chaque pays européen a son propre organisme qui entretient des relations avec les compagnies aériennes. En vous rendant sur leur site, vous aurez la possibilité de déposer une réclamation.

Lire aussi :   Les droits des passagers aériens victimes de surbooking

Voici une liste de ces organismes.

Le dernier recours peut être la Médiation du Tourisme et du Voyage.

Cette institution a pour rôle d’essayer de favoriser la résolution d’un litige entre les fournisseurs de services de transport (et de séjour) et vous, à condition que ces fournisseurs soient signataires de la Charte de la Médiation du Tourisme et du Voyage.

L’objectif de la Médiation du Tourisme et du Voyage est de trouver une solution à l’amiable afin d’éviter le recours à un tribunal.

N’hésitez pas à nous contacter pour être orienté dans votre procédure de réclamation de refus d’indemnisation.